Retour

Moisson 2021 : les premières tendances

Entreprise
Le 20/08/2021

Une récolte de blé français en deçà des attentes.

Attendue comme un très bon cru, la récolte de blé 2021 est finalement décevante. Découvrez l’analyse de Pierre SIMPHAL et Sébastien MAINARD de la coopérative Vivescia.

 

De premières prévisions positives :

A l’automne, de larges surfaces de blé ont été emblavées (5.05Mha soit +18% par rapport à l’an passé et +4% vs la moyenne 5 ans selon Tallage Stratégie Grain) dans de bonnes conditions, laissant d’emblée entrevoir une bonne production de blé. Les pluies régulières sur une large partie de la sole de blé française jusqu’au printemps ont permis de confirmer ces bonnes impressions. Fin mai, le consensus des analystes tablait sur une production d’au moins 38MT de blé tendre.

 

Des précipitations importantes changent la donne :

Cependant, l’arrivée de lourdes pluies à partir de la mi-juin a rebattu les cartes. Ces précipitations inaccoutumées ont été presque incessantes jusqu’au 10 août laissant peu de créneaux aux agriculteurs pour moissonner. A titre d’exemple, 175 mm se sont abattus sur la Marne sur la période 15 juin-31 juillet alors qu’en 2020, 25mm sont tombés sur la même période et 85mm en moyenne 10 ans. Ainsi, la qualité et les potentiels de rendements de blé ont été dégradés. Le manque de rayonnement durant la fin de cycle a également impacté le PMG (Poids des Mille Grains), moins bon que prévu. Au 16 août, selon le chiffre de France Agri Mer 91% de la récolte de blé tendre été réalisée en France.

 

 

Un bilan mitigé

Grâce à des surfaces en hausse, la production de blé 2021 avoisinerait tout de même les 36.7MT selon France Agri Mer, au-dessus de la moyenne décennale (35.1MT). La qualité est hétérogène et parfois en deçà des attentes. Le terroir, les variétés, les précédents de cultures et les dates de récoltes ont eu un impact fort sur la qualité des blés récoltés sur le territoire. Le taux de protéine est satisfaisant, sur un niveau supérieur à 11%. Les critères de poids spécifiques et de temps de chute de Hagberg s’avèrent acceptables mais se dégradent au fur et à mesure de l’avancée de la récolte.

 

Sans attendre la fin de la moisson, nous pouvons d’ores et déjà affirmer que le travail de sélection, de tri et de nettoyage des lots réalisé par les organismes stockeurs sera essentiel pour assurer une bonne qualité dans l’approvisionnement des meuniers tout au long de cette récolte.