Ce qui va changer en boulangerie après le déconfinement

    Partager :

    Depuis le 11 mai en France métropolitaine, le déconfinement annonce la réouverture de nombreux commerces de proximité, mais aussi l’obligation de mettre en place des protocoles sanitaires stricts pour le grand public comme pour les commerçants, dont les boulangers et les pâtissiers.

    Quelles mesures s’appliquent aux boulangeries ? Comment votre façon de travailler évolue-t-elle concrètement ?

    Des gestes barrières toujours indispensables

    Comme depuis le début de la crise sanitaire liée à la pandémie de COVID-19, l’application des gestes barrières est le premier rempart pour se protéger et protéger les autres. Votre équipe et vous-même appliquez sûrement déjà ces règles.

    En pratique cela veut dire :

    • Ne pas se toucher le visage ; 
    • Se couvrir la bouche et le nez avec un mouchoir en papier à usage unique lorsque l’on tousse ou que l’on éternue ; 
    • Se laver les mains en arrivant dans les locaux et après tout contact manuel suspect, mais aussi toutes les 30 minutes pour les personnels en contact avec la clientèle, comme le recommande la Confédération nationale de la Boulangerie-Pâtisserie française ; 
    • Avoir des gels et solutions hydroalcooliques pour les employés, et en mettre si possible à disposition des clients à l’entrée du commerce ; 
    • Inciter les clients à payer par carte bancaire avec le sans-contact, sachant que le ministère de l’Économie a annoncé que son plafond augmentera de 30 à 50 euros dès le 11 mai, et protéger le terminal de paiement électronique avec un film plastique pour pouvoir le nettoyer régulièrement ; 
    • Laisser les portes ouvertes pour éviter que les clients n’aient à entrer en contact avec la poignée ; 
    • Réaliser un bio-nettoyage quotidien des locaux et des mobiliers, c’est-à-dire un nettoyage avec détergent et une désinfection, comme indiqué dans le Guide des bonnes pratiques en Boulangerie-Pâtisserie rédigé par la Confédération nationale de la Boulangerie-Pâtisserie française.

    Une distanciation sociale toujours plus renforcée

    La limitation de la propagation du virus reposera également beaucoup sur le maintien des distances de sécurité entre les personnes.

    Il faudra donc veiller à :

    • Limiter le nombre de personnes pouvant entrer dans le commerce, à l’aide d’un panneau à l’entrée par exemple, afin d’être certain que les clients soient au moins à un mètre les uns des autres ; 
    • Mettre en place si besoin un marquage au sol afin de maintenir la distance minimum entre deux individus ; 
    • Éviter tout contact avec d’autres personnes, et donc éviter de mettre la main sur l’épaule d’un collègue ou de serrer la main d’un client ; 
    • Travailler si possible avec un comptoir profond pour imposer une distance avec le client ; 
    • Installer si possible un écran de protection translucide, comme un hygiaphone en plexiglas, sur le comptoir.

    Le port du masque et des gants recommandé

    Le discours du gouvernement français sur le port du masque a évolué ces dernières semaines. Si l’accent est toujours mis sur les gestes barrières et la distanciation sociale, il est aujourd’hui fortement recommandé de porter un masque dans les espaces publics, et plus particulièrement dans les commerces.

    Le Saviez-vous ? : Il existe aujourd’hui plusieurs solutions mises en place par le gouvernement et des partenaires permettant aux commerces de s’approvisionner en masques et en gants de protection. Actuellement 5 plateformes différentes proposent l’achat ou la distribution de masques aux professionnels.

    Francis Palombi, président des Commerçants de France, a rappelé que le port de masques et de gants de protection par les employés est une règle commune à tous les commerces, qui continuera de s’appliquer après le déconfinement.

    D’après le Premier ministre français Édouard Philippe, il sera d’ailleurs permis de refuser qu’un client passe la porte de votre boulangerie s’il ne porte pas de masque.

    Rappelons aussi que depuis le 1er avril les boulangeries doivent de nouveau respecter le jour de fermeture hebdomadaire.