Les nouvelles pratiques alimentaires : le flexitarisme

    Partager :

    Les Français sont de plus en plus nombreux à réduire leur consommation de viande au quotidien. 

    Depuis 10 ans, la consommation de viande est en baisse. Et si les végétariens et végans ne représentent que 5% de la population française, les flexitariens sont eux de plus en plus nombreux.

    Qu’est-ce que le flexitarisme ?

    Les flexitariens, aussi appelés les végétariens occasionnels, ne bannissent pas totalement la consommation de viande animale mais essayent de la réduire. Ce choix peut être fait pour des raisons éthiques, de santé ou de sensibilité écologique, mais une chose est sûre, il concerne de plus en plus de Français.

    De leur côté, les végétariens ne consomment pas de viande, tandis que les végans évitent tous les produits issus de l’exploitation animale (œufs, lait, cuir, etc).

    Les Français de moins en moins fan de viande

    Une étude menée en 2016 révélait que 46% des Français aimerait voir plus de plats végétariens à la carte des restaurants classiques. Aujourd’hui, la tendance se confirme, et même si le nombre de végétariens augmente doucement, la consommation de plats végétariens est, elle en pleine croissance tandis que la consommation de viande est en déclin.

    En 10 ans, la consommation moyenne de viande des Français est passée de 153 grammes par jour à 135 grammes. La consommation de volaille reste stable, notamment car elle est la base de beaucoup de plats préparés et car c’est la viande la plus abordable. La viande de boucherie est celle qui connait la plus forte baisse de consommation.

    Source : étude du CREDOC, septembre 2018

    Ce déclin n’est pas nouveau et a été amorcé à partir des années 1980. Car, même si les Français ont encore globalement une bonne image de la viande, ils s’accordent sur le fait que c’est un produit cher, souvent au cœur des scandales sanitaires, et généralement surconsommé.

    Cette image, en pleine évolution de la viande, a un impact direct sur la restauration et l’industrie agro-alimentaire, qui doivent réagir rapidement face aux nouvelles attentes de consommateurs.

    Comment s’adapter à ces nouvelles tendances ?
    Les boulangeries artisanales vont, elles aussi, devoir s’adapter à ces changements d’habitudes alimentaires et proposer des produits qui sauront attirer l’œil des flexitariens.

    Proposer au moins une option végétarienne et une option végan sera très apprécié de vos clients. Et si le succès est au rendez-vous, n’hésitez pas à adapter encore votre offre, par exemple en proposant des pâtisseries végans, comme le font déjà certaines enseignes spécialisées.

    Mais par quoi remplacer le traditionnel jambon-beurre ou la très prisée quiche lorraine ? Pas de panique, notre alimentation ne manque heureusement pas de ressources pour pallier à l’absence de protéines animales.

    Les nouvelles stars de l’alimentation sont :

    • Les légumineuses : lentilles, pois, fèves, haricots, pois-chiches, etc ;
    • Le soja : avec le tofu qui remplace la viande dans de nombreux cas ;
    • Les céréales : semoule, blé, avoine, quinoa, boulgour, etc.

    Ces superaliments sont de plus en plus consommés par les végétariens ou végans, mais aussi par le consommateur lambda, qui y voit l’opportunité d’une alimentation saine et variée.

    Et pour les professionnels c’est un nouveau terrain de jeu culinaire à explorer !